À qui appartient ce nid ?

Nid Micromys minutus

En débroussaillant un coin de mon verger laissé à l’abandon, j’ai découvert ce joli nid…
Il est de forme ovale, fait 10 cm de diamètre environ et il est exclusivement composé d’herbes sèches. L’ouverture ronde que l’on aperçoit sur la photo mesure 2 cm.

Il semble abandonné car il n’y a ni plumes, ni poils à l’intérieur. Je me demande s’il appartient à un oiseau ou à un petit rongeur ?
Peut-être avez-vous une idée ?

Tags :
4 commentaire(s)
  • Olivier Thoret
    Posté à 00:16, le 24 mars 2008 Répondre

    Bonjour François,
    Il s’agit d’un nid d’été de rat des moissons (Micromys minutus), qui doit avoir la taille approximative d’une balle de tennis. Il se trouve à environ 30/40 cm de haut. Lorsque l’on s’approche du nid le petit rat se laisse tomber au sol. Son milieu de prédilection est la prairie humide ou des zones non fauchées. On peut lui faire des nids artificiels avec des balles de tennis que l’on perce d’un trou de diamètre 15 mm, le tout perché sur un petit piquet de bois ou de bambou. Dans ces balles on peut aussi y mettre des graines. C’est un rongeur magnifique et… minuscule ! A+ Olivier

  • François Berraldacci
    Posté à 00:19, le 25 mars 2008 Répondre

    Merci Olivier pour toutes ces explications !
    Je vais surveiller le verger cet été pour essayer d’observer ce petit rongeur qui a l’air vraiment adorable…
    On peut trouver des infos sur lui ici :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Rat_des_moissons

  • Stéphane Coquery
    Posté à 00:21, le 04 avril 2008 Répondre

    Salut François,
    Il s’agit effectivement d’un nid de rat des moissons mais je n’ai rien d’autre à ajouter car notre ami Olivier Thoret à déjà tout expliqué !
    Stéphane Coquery

  • Françoise Sohier
    Posté à 00:25, le 28 octobre 2008 Répondre

    Oh non Olivier ! Ne pas remplacer cette merveille de patience et d’architecture par une balle de tennis, qui n’est sûrement pas biodégradable et dont l’esthétique laisse à désirer non ?
    Ne pas laisser ce petit rat des moissons perdre son savoir faire, qu’il retransmet à sa progéniture. Merci pour vos connaissances qui nous ont permis l’identification.

Post A Reply to François Berraldacci Annuler